Le projet vise principalement la conversion de la rue de l’Aqueduc en une rue conviviale à l’aide d’une stratégie d’acupuncture urbaine. Malgré la nature minutieuse de l’intervention, le projet s’inscrit dans son contexte plus large, soit le quartier Saint-Sauveur, afin que l’intervention se propage et profite au quartier au complet. La stratégie d’intervention privilégiée a été de déceler le potentiel présent et de le bonifier par des gestes d’aménagement réfléchis et sensibles qui tiennent compte du contexte urbain, social et historique.  Ainsi, la mission est simple :  retisser le tissu urbain du quartier à l’aide d’une colonne vertébrale sociale, verte et active structurant un réseau d’interventions chirurgicales interconnectées. Par conséquent, les espaces publics aménagés le long de la rue de l’Aqueduc se voient comme une séquence de nœuds formant un parcours expérientiel misant sur la mémoire collective, l’attachement des gens et les aspirations de tout un chacun. En plus de bonifier l’offre en bâtiments publics, Chirurgies urbaines met en place une canopée continue accompagnant un réseau cyclable structurant visant le bien-être collectif et la conservation de l’environnement. 

Andrée Brunet

Marie-Ève Dionne

Kim Sansregret

Frédérique Trottier

Chirurgies urbaines

Soigner la ville par des micro-interventions locales